Dans l’esprit de nos aînés, avoir 30 ans est forcément synonyme d’accomplissements. Famille, travail, construction, … sont autant de thématiques sur lesquelles nous avons l’obligation de nous démarquer.

Ne soyez pas dupe, « démarquer » est ici un terme choisi avec soin car, dans l’imaginaire de nos paires, avoir réussi c’est avoir fait mieux que son voisin.  Mais sur quel référentiel devons-nous nous baser ? Et surtout, devons-nous en permanence céder à cette pression omni-présente ? La réponse est clairement non. Que les choses soient claires, chacune d’entre nous à sa propre horloge et son propre timing ! Petit tour d’horizon des questions existentielles que l’on se pose le plus souvent…

Mon travail ne me plaît plus…

Changez ! Oui c’est vrai, devoir recommencer tout à zéro fait peur. Mais il en va de votre équilibre. Vous pouvez avoir fait de longues études pour un boulot dont vous détestez le quotidien. Pourquoi vouloir rentrer dans un moule qui ne vous correspond finalement pas ? Vous avez droit à l’erreur alors faites un point sur vous-même, définissez vos véritables centres d’intérêt et foncez sans penser aux éventuelles mauvaises langues. Rassurez-vous, un tel virage ne signifie pas pour autant que vous soyez quelqu’un d’instable. Bien au contraire !

Je n’ai pas d’homme dans ma vie…

Et alors ? Trouver chaussure à son pied n’est pas si évident. Et comme dit le proverbe « mariage plus vieux, mariage heureux » ! Alors, prenez votre mal en patience. Il y a forcément quelqu’un pour vous à condition que vous soyez dans le bon état d’esprit. En effet, que ce soit conscient ou non, vous êtes la seule à être responsable du manque d’opportunités que vous subissez. Occupez-vous de vous, resplendissez et surtout souriez à la vie. Il est toujours plus agréable d’aborder une personne joviale qu’une jeune femme au bord de la dépression, n’est-ce pas ?

Je n’ai toujours pas d’enfant…

Est-ce si grave ? Que ce soit à 20 ans, 30 ans ou même 40 ans, avoir un enfant est un moment de vie propre à chacune. Votre expérience de la maternité vous appartient et ne sera comparable à aucune autre. Pour l’instant, vous n’êtes effectivement pas en mesure de discuter de couches culotte ni de tarifs de cantine. Tant pis, ce n’est pas une compétition. Vous pouponnerez en temps et en heure. Dites-vous simplement que vous êtes unique et que vous ne faites rien comme tout le monde ;-).

À 30 ans, j’imaginais être propriétaire…

Oui… mais avoir un toit sur sa tête aménagé avec goût c’est déjà pas mal non ? Et puis, votre projet n’est pas mort simplement parce qu’il est tardif. Vous avez encore le temps de l’accomplir. Profitez de ce temps pour l’affiner, revoyez vos plans, le financement, l’emplacement,… Imaginez des solutions alternatives à chaque problématique potentielle, observez les différentes contraintes gérées par vos amies, anticipez un maximum. Le temps que vous aurez perdu vous le gagnerez en optimisant ces points.

En bref, être une femme de 30 ans aujourd’hui n’est pas si facile, alors prenez le temps de l’être… tout simplement !