Breaking News
Accueil » Interview de Black'In » B.People » « B.People » rencontre Fred Deshayes (Soft)

« B.People » rencontre Fred Deshayes (Soft)

Le leader de Soft présente son premier album solo éponyme…

1. Bonjour Fred Deshayes… On vous connait comme leader de Soft, pourquoi un album solo aujourd’hui ?
Bonjour Black’In… À vrai dire, les albums solo ont toujours été dans le projet de Soft. Dès le deuxième album du groupe, il était prévu que Phillippe, Joël et moi produisions chacun les nôtres. Nous avons commencé par travailler sur le mien et actuellement nous préparons celui de Joël. Ce n’est pas Soft (le groupe, ndrl) mais, ils sont présents sur mon album comme je serai présent sur le leur. C’est une manière de faire vivre la musique pour que le courant ne s’appauvrisse pas, comme les membres de Kassav’ l’ont fait auparavant.

2. L’empreinte Soft est-elle toujours présente sur ce projet solo ?
Je suis un militant des rythmes traditionnels. J’ai choisi de toujours partir du gwoka. Alors, oui effectivement, il y a une empreinte Soft, mais il y a des choses plus personnelles dans cet album, notamment au niveau des textes. Il y a par exemple une chanson de mon père qui est très engagées politiquement. De façon générale, je parle de ce qui m’est cher. Ce sont mes sentiments profonds dirons-nous : cet album est plus intime…

3. Vos textes sont profonds voire poignants. Quels messages souhaitiez vous faire passer à travers cet opus ?
A travers cet album, je voulais continuer à montrer les expériences que l’on peut avoir avec les rythmes traditionnels. Ensuite, je suis d’abord un auteur. Avant même d’être un compositeur, un guitariste ou un chanteur. Je cherchais une forme d’élégance dans l’écriture, dans les mots. Et en étant seul sur cet album, j’étais plus libre. Il y a des textes chantés que je n’aurais pas proposé pour Soft parce qu’ils sont, à mon sens, trop personnels…

4. Le titre « Chayé Nou » est un hommage à Patrick Saint Eloi. Qu’est ce qu’il représentait pour vous ?
Patrick Saint-Éloi est selon moi l’un des plus grands chanteurs. Pas forcément pour ces qualités vocales mais, parce que c’est celui qui, comme auteur et compositeur, exprime le mieux l’amour et ce qui est profond. C’est aussi une personne que j’ai croisée et qui m’a beaucoup encouragée. Alors, j’ai voulu un texte qui lui rende hommage… Cette chanson est basée sur une écriture surréaliste, qui ne dit jamais directement qu’elle s’adresse à Patrick. Mais, on s’en rend compte au fur et à mesure…

5. Vous êtes Maître de conférences en droit public à l’université de Pointe-à-Pitre. La musique est un exutoire pour vous ?
Contrairement à ce qu’on pense, le droit est une discipline de liberté. Les juristes lisent et travaillent beaucoup, ils ont donc l’air plus « secs » (rires). Mais, je n’ai pas le sentiment de faire quelque chose de très différent. La musique est simplement plus personnelle…

6. Portrait Chinois : « Si vous étiez une grande figure de l’histoire… »
Je serais Nelson Mandela mais, pas pour ce que l’on croit. Ce serait plus parce qu’il ne s’est pas représenté à la présidence. C’est selon moi, le plus haut niveau de conscience et de bonheur chez un homme. C’est aussi une grande preuve d’humilité. C’est dire « j’ai été élu et j’ai fait mon temps, maintenant je passe à autre chose ». Il a du mépris pour ce qui est clinquant et du goût pour ce qui est essentiel : il continue son combat, non pas pour le pouvoir, mais simplement pour le combat…

Infos Pratiques :

About L'équipe de Black'In

Webzine féminin par excellence, Black’In se positionne sur un ensemble de supports numériques à destination des femmes de plus de 25 ans, et plus particulièrement des afro-caribéennes. Notre objectif ? Devenir leur référence en termes d’information en tout genre. Black’In est donc LE magazine des femmes modernes qui prennent soin d’elles…