Les réseaux sociaux font partie aujourd’hui de notre quotidien. Beaucoup y partage des photos ou vidéos de vacances, des moments de joie, de cuisines, de sorties, de mode, de concerts, mais aussi des instants passés avec leurs enfants. Publier des photos de ses enfants est devenu un acte anodin pour beaucoup de parents, à tel point qu’on lui a donné un nom « le sharenting ». C’est une expression anglo-saxonne qui associe deux mots : « sharing » pour le partage et « parenting » pour le parental qui fait référence à l’exhibition quotidienne de la part de certains parents avec leurs enfants sur les réseaux sociaux.

Partager les premiers pas de son bébé, ses premiers dessins, sa tenue du jour, sa première rentrée ou encore son anniversaire peut paraitre banal mais finalement cet acte est-il réellement sans conséquences ?

Certains enfants sont de véritables stars sur les réseaux sociaux avec pour agents…leurs parents ! En effet si certains parents postent de temps à autres des photos de leurs enfants, d’autres bombardent leur communauté Facebook ou Instagram avec des photos de chaque instant de la vie de l’enfant. Likées, commentées, partagées, ces photos a priori anodines peuvent rapidement faire le tour du web et être vues par des milliers de personnes et ce, sans l’accord de l’enfant ! Mais que révèle cet étalage de vie privée ?

Selon le célèbre psychologue Michael Stora, « l’enfant n’est jamais totalement maître de son image car il est souvent (sur)photographié par ses parents depuis sa naissance ».

Vouloir immortaliser ses moments de vies et les montrer à ses proches a toujours existé mais les partager à outrance sur les réseaux sociaux est différent : « Facebook et Instagram sont des réseaux sociaux « vitrines » sur lesquels il y a une démocratisation de l’image idéalisée », selon l’expert. Autrement dit, on prend soin de choisir de belles photos, pour des évènements précis, des moments de joie, des moments forts pour se valoriser et montrer une image positive de sa vie.

Serait-ce du narcissisme parental ? On peut croire que oui car l’enfant est vu comme un trophée, de plus, c’est le regard des autres qui prime sur les réseaux. En effet, les photos sont likées, commentées et voir partagées. C’est du jugement permanent qui peut se traduire par un besoin de reconnaissance chez les parents.

Bien entendu, tout parent a le droit de faire ce qu’il veut et d’être fier de son enfant ! Est-ce vraiment nécessaire de partager des moments de vie sur les réseaux ? En principe le moment partagé en intimité devrait suffire à rendre heureux ?

Pour pouvoir mieux nous éclairer sur le sujet, nous avons posées la question à trois mamans qui sont présentes sur les réseaux mais qui ont chacune un regard différent sur le sujet :

Elodie, 33 ans est sur Facebook et Instagram, elle partage avec nous son point de vue : 

Bonjour Black’In, pour ma part je partage régulièrement des photos de mon enfant sur les réseaux car je suis fière et heureuse. En réalité je fais ce que je veux. Ma fille est ma fierté, je ne vois pas de mal dans le fait de publier ses photos avec mes amis. Il est vrai que quand on voit le nombre de likes ou de commentaires, cela fait plaisir, je pense que l’on poste des photos pour cela en fait, pour avoir aussi l’avis de nos amis et des compliments qui font toujours plaisir. 

Anélia, 35 ans est sur les deux réseaux :

Je partage de temps à autres des photos de mes enfants mais ce n’est pas régulier. Je vais snapper avec eux, on s’amuse avec les filtres mais je ne publie pas forcément. Je vais publier des photos d’eux où ils sont de dos, des photos floutées, ou je met parfois des smileys sur leur visage car je ne veux pas non plus les exposer. Je veux partager cet instant de bonheur tout en les protégeant car je suis consciente que les réseaux sociaux peuvent être un danger. Je me préserve mais en même temps j’ai envie de montrer au monde entier que je suis fière et reconnaissante d’être maman. Mais voilà, après tout c’est ici que se situe le piège « montrer sa vie » ! Je pense qu’il faut trouver un équilibre dans tout cela. 

Erika, 30 ans est uniquement sur Instagram :

Je suis sur Instagram mais je ne partage aucune photo de ma fille. C’est une volonté ! Je ne veux surtout pas exposer mon enfant sur les réseaux. Mes photos sont très simples, je ne dévoile pas ma vie privée sur Instagram. Je n’ai pas beaucoup d’amis dessus, mais c’est un choix. D’un commun accord avec mon mari, nous avons décidé de ne pas partager de photos de notre enfant. Au début il n’a pas compris mon point de vue, il a fini par l’accepter et a compris que les moments de joie se partagent dans la vraie vie de tous les jours et non dans cette vie virtuelle qu’on veut nous imposer. Ce n’est pas parce que mon enfant n’est pas sur les réseaux que je ne suis pas fière et heureuse ! Au contraire, je suis bien dans vie et je ne vois pas l’intérêt de partager des moments intimes, des moments de bonheur sur les réseaux, mais je respecte le choix des autres. 

De quoi faut-il se méfier ? Que faut-il faire ?

Aujourd’hui, il est important de protéger la vie privée des mineurs et leurs images sur les réseaux sociaux, même si ces derniers partagent leurs droits d’image avec leurs parents jusqu’à leur majorité. Cependant, selon l’article 9 du code civil, le droit à l’image (adulte ou enfant) peut s’appliquer et les enfants pourraient dès qu’ils auront l’âge, intenter un procès à leurs parents. Il est important de noter qu’en France, la publication d’une photo d’une personne sans son accord est passible d’un an d’emprisonnement et de 45000€ d’amendes selon le code pénal.

Si vous êtes séparé(e) du parent, il faut vous mettre d’accord avec le père ou la mère (si l’enfant est mineur) avant de publier des photos sur les réseaux car cela peut faire office de plainte contre vous. Vous êtes responsable de l’image de votre enfant, à vous d’en faire bon usage et d’éviter par exemple les photos dénudées ou en maillot (même pour les bébés). Les pervers, les pédophiles sont partout sur les réseaux et parfois même vos amis que vous croyez être vos amis font des captures d’écran de vos photos pour les montrer à x ou y !

Il faut se méfier aussi de ce que renvoie les réseaux sociaux, ce monde où tout est parfait et merveilleux, et de la répercussion que cela peut avoir sur la vie de l’enfant et finalement savoir distinguer ce qui est bon ou pas de poster pour ensuite l’apprendre à son enfant. Dans tous les cas, soyez vigilants !

Et vous, êtes-vous pour ou contre l’exposition de son enfant sur les réseaux ?