Black'In-I-Daly-interview-

1. Bonjour Daly, tu fais partie des artistes reggae dancehall caribbéen les plus connus, depuis quelques années déjà, racontes-nous ton parcours. 

Bonjour Black’In, je suis plutôt un artiste éclectique, je touche à tout dans ma musique. J’ai commencé en 1998 avec le groupe « La Horde Noire », on a eu la chance de sortir un hit « Mi la sa ka bay » qui a justement marqué le courant de la musique urbaine aux Antilles mais surtout en Guadeloupe. Tout est partie de là, malheureusement le groupe s’est dissous mais l’aventure a continué. En 2004, j’ai sortie mon premier album solo « I alé man » qui a été bien accueillie par le public, grâce au titre « Tchembé Nou » en featuring avec Saïk. Par la suite, j’ai sortie deux autres singles, « Toujou Love Vou » avec V-ro et « Twop » avec Patrick Saint-Eloi. J’ai sortie également un deuxième album en 2006 « Mista Dal » avec des featurings très intéressants : Admiral T, Morgan Heritage, Fuckly et j’en passe. Aujourd’hui je présente mon troisième album « Le Dalycious ».

Black'In-I-Daly-interview-2. Justement, pourquoi avoir attendu aussi longtemps pour sortir un 3ème album (7 ans après « Mista Dal ») ? 

Eh bin j’ai pris mon temps (rires). Je n’étais pas dans l’optique de faire un autre album après le deuxième, qui était d’ailleurs en co-production. Je me suis vraiment lancé après, j’ai commencé à proposer des singles à titre personnel. Mon ami Rico Debs (Rico Ricords, que je salue au passage), a voulu re-travailler avec moi musicalement parlant. Nous avons par la suite préparer un projet mais sans prises de tête, en prenant le temps nécessaire. C’est de là qu’est né l’album, tout en gardant un fil conducteur « Le Dalycious ». Je voulais un album différent, je voulais de jolies musiques, des chansons pour les femmes, un album soigné de A à Z et très varié en terme de styles.

3. Tu nous avais proposé un hommage à Gilles Floro interprété avec V-ro sur ton premier album. Aujourd’hui c’est à Patrick Saint-Eloi que tu rend hommage avec « Rev an Mwen ». Est-ce important pour toi de faire honneur à ces deux grands noms du zouk ?

Oui c’est important pour moi mais ce sont deux choses différentes. La chanson de Gilles Floro est une chanson que j’affectionne particulièrement mais ce n’est pas du tout une reprise. La musique est vraiment belle, on a travaillé dessus et on a voulu faire une chanson. L’hommage à Patrick Saint-Eloi est un remerciement. Avec le compositeur Stanisky, on a voulu remercier PSE pour tout ce qu’il a fait pour nous, on était très proches de lui. On était plus dans l’esprit « Ka nou ka fé ba patrick » (Que faisons-nous pour Patrick). C’est l’une de mes chansons préférées, on a bossé dur, près de 7 mois pour cette chanson, je dis « on » parce qu’il y a toute une équipe derrière moi. Toucher à une chanson de PSE, c’est vraiment osé. On voulait faire les choses bien. Je savais que beaucoup de personnes m’attendaient dessus. Je suis ravie du résultat mais sans prétention.

4. Comment décrirais-tu ta musique aujourd’hui ? 

Je fais de la musique, ce qui me passe par la tête, en fonction de mes humeurs, de mes envies. Je parle de tout : l’amour, les amis, la famille, le quotidien… Je parle de la vie de manière générale. Ma musique est ce qu’elle est.

5. Si tu devais donner un conseil à un jeune qui souhaite se lancer dans la musique, ce serait lequel ? 

De continuer ses études avant tout ! Ce n’est pas un métier facile malgré ce que l’on peut penser. Il faut être sérieux, rigoureux, il faut persévérer, se distinguer. Il faut savoir ce que l’on veut : faire du buzz ou une carrière ? Chacun est libre de faire ce qu’il veut mais si c’est une carrière, un seul conseil : travailler… Sans travail acharné, on n’arrive à rien.

6. Des projets en particulier… Comment te-vois-tu dans 10 ans ?

A court terme, c’est la promotion active de l’album « Le Dalycious ». Pour 2014, on aura beaucoup de scènes live, donc restez connecté, il y aura de belles surprises à venir. Dans 10 ans, je ne sais pas encore comment je serai mais je travaille pour être bien, en bonne santé et heureux.

7. Portrait chinois : Si tu étais un plat, tu serais lequel ? 

Alors là, très bonne question… Si j’étais un plat, je ne sais pas du tout ! Je dirai de très bonnes grillades (rires). Non franchement je ne sais pas, je mange de tout. Bon, j’ai un penchant pour la cuisine japonnaise, c’est léger, c’est délicieux. Alors pourquoi pas, un plat japonnais 😉

Dédicace à toutes les femmes en général et aux lectrices de Black'In ! Merci pour tout le soutien que vous m'apportez. A très vite...

Pour suivre toute l’actualité de Daly, rendez-vous sur sa page fan Facebook ici.