1. Bonjour Jonathan, comment vas-tu depuis notre rencontre au Black’In Café du 28 mars 2013 ?

Je vais bien… Je cours un peu à droite et à gauche entre la sortie de mon single « Tourner la Page » et le tournage du clip. Je prépare aussi le Festival de Stains où vous pourrez me retrouver en live. Donc, en ce moment, c’est plutôt musique à fond (rires) !

2. Dis-nous tout… Ton histoire avec la musique a commencé quand ?

À vrai dire, ça a commencé depuis petit : le virus m’a été transmis par mes parents. Ma mère chantait dans une chorale et mon père, lui, avait son petit groupe. Il se produisait dans des manifestations un peu partout en Guyane et il m’emmenait de temps en temps. Cela dit, j’ai vraiment commencé à vouloir chanter quand il y a eu la vague Poétic Lovers. En fan classique, je passais mon temps à les imiter. Du coup, mon père a décidé de me pousser un peu en me payant des cours de chant. J’ai fait des petites scènes et… j’y ai pris goût (rires) !

3. Tu es stewart de métier… La musique est donc un simple loisir ?

La musique a toujours été une passion. J’aurais, comme beaucoup, rêvé pouvoir en vivre. Mais, je garde tout de même la tête sur les épaules. J’ai un petit garçon de 9 ans alors je préfère tout de même jouer la carte de la sécurité…

4. Qu’est-ce qui te fais le plus vibrer dans la musique ?

Le live ! Dès que j’ai la possibilité d’en faire je dis oui ! Quand je suis sur scène avec un orchestre, je me défoule carrément… J’ai été révélé par le concours Guyana Star que j’ai gagné. C’était un concours entièrement live et, j’en garde encore un excellent souvenir…

5. Tu viens de sortir le single « Tourner la page ». Tu peux nous en parler ?

« Tourner la page » est une histoire d’amour comme celle que j’ai pu vivre… J’ai voulu mettre un peu de moi dans cette chanson. En réalité, le texte explique que même s’il y a de l’amour dans un couple, il se peut que ça ne colle pas pour telle ou telle raison. On casse et on reprend et, on finit par se faire du mal. Il faut finalement que l’un des deux prenne son courage à deux mains pour rompre définitivement même si ça peut paraître insurmontable… Pour la composition, je voulais faire quelque chose de différent. C’est un peu mélancolique : c’est une ballade. Mais en réalité, c’est une fin heureuse parce que l’on tourne la page pour pouvoir enfin être bien…

6. Tu seras au Festival de Stains qui aura lieu ce dimanche 23 juin. Que représente la scène pour toi ?

En général, la scène c’est un véritable amusement. Je ne ressens pas le trac, au contraire, je suis impatient du moment, surtout quand il s’agit d’un concert en live. Comme je te l’ai dit juste avant, le live c’est vraiment mon truc ! D’ailleurs, pour information, le Festival de Stains sera en live… J’ai déjà hâte ! Même les répétitions sont un véritable plaisir ;-).

7. Portrait chinois : Tu voyages beaucoup… Si tu étais le plus bel endroit de la Terre ?

La forêt amazonienne… Le vert est ma couleur préférée et j’aime l’atmosphère que l’on retrouve dans la forêt. Il y a de la vie, du mystère et de l’aventure aussi… Toute cette richesse rappelle pas mal ma personnalité et puis, ce n’est pas pour rien que l’on dit que la forêt est le poumon de la terre…

Retrouver l’artiste sur son facebook en cliquant ici…