1. Bonjour Loriane, on vous connait très peu. Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis une jeune martiniquaise qui a commencé la musique à l’âge de 9 ans. A l’époque, ma mère m’a inscrite à un concours de chant que j’ai remportée. J’en ai fait d’autres par la suite, dont Popstar 3 (rires). Plus tard, au lycée, j’ai intégré un groupe live : « Panache« . C’est à cette période que j’ai commencé mes premières scènes : nous tournions dans les fêtes patronales, les mariages, etc. Mes premiers textes viendront bien après. C’est pendant mes études à Paris que David Rodap, bassiste du groupe, m’a pousse à écrire mon premier album, « Chimen Mwen« .

2. Vous avez une particularité : votre timbre vocal est très proche de celui d’Edith Lefel. Que pensent les gens quand ils vous entendent ?

Ils me disent souvent quelque chose du genre : « Edith est réincarnée en vous ». C’est presque flippant (rires) ! A vrai dire, j’étais assez surprise la première fois que l’on m’a fait la réflexion. Je ne m’en rendais pas du tout compte. Mais, j’accepte volontiers la comparaison : c’est une chanteuse que j’aimais beaucoup.

3. Du coup, chanter avec Malavoi en reprenant les titres d’Edith était une évidence ?

Je ne dirais pas une évidence mais plutôt un honneur, une sorte de reconnaissance de mes pairs. Et puis, c’est aussi une façon pour moi de rendre hommage à l’une des plus grandes interprètes de la Caraïbe.

4. Vous étiez d’ailleurs sur scène pour les 40 ans du groupe au Zénith de Paris… Vos impressions ?

Au moment de la balance, j’avoue avoir eu une grosse montée d’émotions et de trac. Mais une fois en live, le plaisir de chanter a pris le dessus. C’était ma première scène parisienne et le public était franchement génial !

5. An ba Soley, votre dernier opus, est sorti en 2012. Racontez nous l’histoire de cet album ?

« An ba Soley » est mon deuxième album, un album dédié aux femmes. Il a été écrit en collaboration avec Victor Ô, David Rodap et Fred Deshayes. J’ai également composé un titre avec Joel Jaccoulet. Victor Ô et David Rodap ont assuré la réalisation.

Sur cet album, j’aborde tous les aléas du coeur d’une femme. C’est un hommage à l’amour. En réalité, la relation à l’amour est, selon moi, comme celle que l’on entretient avec le soleil : il nous régénère, il nous réchauffe mais paradoxalement, provoque aussi des blessures…

« An ba Soley » est aussi un album du soleil au sens propre du terme. On y retrouve des rythmes de la Martinique, du Brésil, de la Caraïbes et du Cap Vert, … 99% des musiciens qui ont travaillé sur cet opus sont d’origine antillaise.

6. Portrait Chinois : Si vous étiez un personnage public…

Si j’étais un personnage public…  Pourquoi ? Je ne le suis pas déjà ?! (rires). Plus sérieusement, il m’est difficile de choisir une seule et unique personne. Je crois que ce serait un mélange de Rosa Parks, Oprah et Michelle Obama. Trois femmes noires  de coeur et de conviction…

Infos Pratiques :

Loriane Zacharie sera en concert le 17 janvier 2013 à la salle Frantz Fanon (Martinique).