1. Bonjour Medhy, tu es l’un des artistes les plus primés de ta génération. Est-ce que l’on peut dire tu es un artiste accompli aujourd’hui ?

Bonjour Black’In… Eh bien, je peux considérer avoir accompli pas mal de choses dans ma carrière. Cela dit, j’ai encore une soif de découvertes et d’aventures musicales qui n’est pas totalement assouvie. J’espère donc pouvoir encore prétendre à d’autres opportunités au sein de l’univers de la musique…

2. En janvier 2013, tu es revenu sur le devant de la scène avec la compilation « Dis-moi Zouk by Medhy Custos », tu peux nous en parler ?

Depuis 2004, je suis également producteur. Dans ce cadre, j’ai eu l’occasion de présenter des artistes solos (Jonathan, Stéphanie René, …) et travailler sur des projets de compilation comme Allianstar, Dis-moi Zouk, etc. Plus globalement, cette casquette me permet de réunir des talents, déjà connus ou à découvrir, et de les présenter au public sous la forme la plus agréable qu’il soit : la musique…

3. Est-ce que mettre de jeunes artistes en avant est quelque chose qui te tient à coeur ?

En tant qu’artiste, on fait pas mal de rencontres lorsque l’on voyage ou lors de prestations diverses. Il arrive que l’on puisse avoir des coups de coeur ou une attention particulière sur la performance d’un autre. C’est un premier contact qui peut donner suite à des collaborations diverses. En réalité, c’est quelque chose d’assez agréable de pouvoir se dire que l’on contribue, d’une certaine façon, à l’émergence de nouveaux talents.

4. Tu seras au Fest’Stains Estival le 23 juin prochain, est-ce que la scène est une chose primordiale dans une carrière comme la tienne ?

Tous les moments que l’on passe avec le public sont très importants de part ce qu’ils apportent en terme de générosité et d’intéractions. Il y a des gens qui s’approprient mes chansons. Les concerts sont donc des occasions de rencontres vraiment merveilleuses. C’est l’instant où l’on quitte sa chambre où on a écrit des chansons et, que l’on échange ensuite avec ceux qui les ont aimées… Selon moi, un artiste se découvre sur scène. C’est là où on a la possibilité d’être sincère, de plaire ou même de déplaire. C’est un réel moment de vérité et de partage.
J’ai beaucoup d’idées de spectacles pour moi ou même pour d’autres. J’essaye toujours de proposer des choses intéressantes, visuellement parlant, aux personnes qui ont fait le déplacement.

5. Comment est le Medhy Custos d’aujourd’hui par rapport à ses débuts ?

À vrai dire, j’ai le sentiment d’avoir acquis pas mal d’expériences. Mais, je reste un être désireux d’apprendre des autres. Aujourd’hui, je suis, plus mûre, en évolution perpétuelle et surtout, toujours aussi curieux du monde…

6. En toutes confidences, quels sont tes projets du moment ?

Il y en a pas mal (rires) ! Outre la compilation « Dis-moi Zouk by Medhy Custos« , vous pourrez découvrir dès aujourd’hui « Lova Girl« , le premier extrait de mon prochain album qui, lui, sortira à la rentrée. Je planche également sur une collaboration avec Aisha Davis, une artiste jamaïquaine qui travaille notamment avec Shaggy. À côté de ça, il y a le projet « Tropical Family« , auquel j’ai contribué et, dont le premier extrait est une reprise du titre « Maldon » des Zouk Machine faite par Louisy Joseph, Lynnsha et Fanny J.

7. Si tu avais une baguette magique, quel voeux exocerais-tu en premier ?

Je suis assez sensible à ce qui se passe autour de moi notamment lorsque je voyage. Certaines personnes ont des parcours difficiles : il y en a qui se font assassiner ou molester, d’autre qui vivent dans une grande misère, etc. Alors, si j’avais une vraie baguette magique, je ferais simplement disparaitre tout ce qui est négatif sur terre et tout ce qui peut amener les gens à se quereller…

8. Portrait chinois : Si tu étais une de tes chansons…

Une chanson est aussi une façon de se dévoiler. On essaye de choisir le message à faire passer de manière à ce qu’il touche un maximum de personnes mais, il y a toujours une partie de soi ou de son histoire dans un texte. Ceux que j’ai faits ou ferai découvrir par la suite me concernent tous de façon plus ou moins directe. Alors, une seule chanson pour me définir, ce serait assez difficile… Je préfère dire que je me résume à travers l’ensemble de mon oeuvre !

Petite Dédicace aux chères lectrices de Black’In, sachez que je suis, à chaque fois, très heureux de voir lors de mes prestations. Vous êtes la personnification du courage et de la force à mes yeux. Je salue aussi vos compagnons d’avoir l’élégance de vous accompagner à chaque fois sans me jeter la pierre (rires). Je vous donne, à tous, rendez-vous sur scène avec le 23 juin au Fest’Stains Estival et, pour un nouvel album bientôt dans les bacs.