1. Bonjour Scarlette, on vous connait peu… Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Bonjour Black’In. Je suis artiste née en Guyane de parents originaires de la Colombie et du Chili. J’exerce dans le milieu du zouk depuis 2006. J’ai fait une pause pendant 4 ans pour me consacrer à ma famille et, je reviens sur le devant de la scène avec le titre « je n’veux plus« , sorti le 22 avril dernier. Je croise les doigts pour que le public adhère :-)…

2. Est-ce que votre métissage se retrouve également dans votre musique ?

Il y a toujours des parties en espagnol pour faire un clin d’oeil à mes origines. C’est assez important pour moi : ce sont mes racines. J’ai grandi avec des parents latinos. Mais, j’ai eu une éducation créole donc on le retrouve aussi sur l’album. Il y a un mélange de tout ce qui me représente en réalité.

3. Vous avez commencé la musique assez jeune… À 17 ans vous remportiez le concours Inter-Lycée de la Guyane. La musique est-elle finalement une passion de toujours ?

Petite fille, je chantais à la chorale de mon église. À l’âge de 17 ans, on m’a proposé ce fameux concours que j’ai gagné. C’est une expérience unique qui m’a permis d’enregistrer le single « je m’en vais« . J’ai été assez surprise du succès qu’il a rencontré. Ce ne sont que des moments magiques qui m’ont amené à rencontrer d’autres personnes du milieu comme Yann Celos (son parolier, ndrl).

4. Votre victoire à ce concours vous a permis de collaborer avec Ali Angel et Warren, deux grands noms du zouk. Quel effet ça fait quand on est encore une ado ?

Au début, on a des étoiles dans les yeux. Cela dit, on appréhende quand même un peu : on ne sait pas trop comment ça va se passer, on est un peu stressé. Mais, travailler avec Ali Angel et Warren était une superbe expérience.

5. Après plusieurs années d’absence, vous revenez sur le devant de la scène avec un nouveau titre « je n’veux plus » composé par Kaïros et co-écrit par Yann Selos, Steeve Galas et vous-même. Quelle est l’histoire de ce morceau ?

La production m’avait proposé plusieurs textes. Parmi eux, il y avait le titre « je n’veux plus » écrit à l’origine par Yann Celos. J’ai beaucoup aimé cette chanson parce qu’elle parle de tout le monde. Je n’avais pas envie de rester sur le thème « je t’aime moi non plus » : j’avais déjà fait ça sur plusieurs titres. J’avais envie d’un morceau plus à texte. Et, j’ai été touchée par l’histoire racontée dans « je n’veux plus « . Alors, par la suite, je l’ai retravaillée avec Yann pour y intégrer mon grain de sel et des parties en espagnol…

6. Avec ce nouveau single, on peut s’attendre à un album prochainement ?

On y travaille ! Pour le moment, je me concentre sur la promo du single mais l’album arrivera très bientôt 😉 !

7. Et si vous nous parliez de la scène ?

C’est toujours beaucoup d’adrénaline au début. Et après, je me dis que tous les gens présents sont là pour moi alors, autant donner le meilleur de moi-même ! Donc je fonce… Je prends un énorme plaisir à être sur scène et à partager tout ce que j’ai envie de donner. En réalité, la musique c’est donner sans compter… c’est comme l’amour !

8. Portrait Chinois : Si vous étiez une chanson d’amour ?

Je serais « Il y a trop de gens qui t’aiment » d’Hélène Segara. C’est justement la chanson avec laquelle j’ai remporté le concours Inter-Lycée en 2006. C’est un morceau que j’ai toujours aimé, qui me tient beaucoup à coeur. On est toujours à la recherche de l’amour et souvent, on ne se rend pas compte des gens qui nous aiment autour de nous…

Petite dédicace : je remercie tous les lecteurs de Black'In pour leur soutien. J'espère qu'ils se reconnaîtront dans mes chansons qui sont finalement écrites pour eux avec beaucoup d'amour...

Retrouvez Scarlette Fuentes sur Facebook en cliquant ici.