Ça y est, j’ai succombé à la grosse tendance du moment : j’ai décidé de devenir une « hair addict » (comprenez la fille dont le monde tourne autour de ses cheveux) ! En même temps, en tant que rédactrice du plus sympa web magazine dédié aux femmes afros, je me devais de devenir ultra « in » ;-).

Bref, il était temps que je prenne soin de ma crinière. Et bien évidemment, avant d’entreprendre un tel chantier, il est nécessaire de toujours faire un état des lieux. Alors, je commence par un diagnostic capillaire. Pour ça, pas d’autres choix que de me rapprocher d’un professionnel sur la question. Je me rends donc chez un coiffeur spécialiste du cheveu black et là, le verdict tombe : « vos cheveux sont dans un piteux état Taïna ». Gloups… Il rentre dans les détails pour que je puisse mieux comprendre pourquoi et, ce n’est glam’s pour un sou : cheveux secs et ternes, chute massive, pointes abîmées, … la totale quoi !

La première chose qui me vient à l’esprit est si je vais devoir les couper. Il faut dire que je les ai assez longs, non par choix, mais plutôt par obligation. Les cheveux courts me donnent l’air d’un mouton mexicain qui vient de se prendre une bombe. Vous voyez le genre ?! La réponse est sans appel : « un peu quand même… ». Ouf, si ce n’est qu’un peu !!! Ça fait toujours mal au coeur, mais si vous avez les pointes abîmées, il vaut mieux les couper. En effet, avec le temps, la partie altérée s’accentue en remontant sur la longueur. Et pour les autres symptômes ? Chaque problème à une solution, mais ça nous le verrons dès la semaine prochaine dans le 2ème épisode de ma chronique…

Capillairement votre 🙂 !