Le 6 février est la journée mondiale contre les mutilations génitales infligées aux femmes. Pour cette journée, Black’In vous propose un bref  état des lieux  de la situation à ce jour.

Lorsqu’on parle d’excision ou de mutilations génitales féminines, il s’agit en réalité de l’ablation partielle ou totale des organes génitaux externes de la femme pour des raisons non médicales. Tous les ans, environ 3 millions de filles de moins de 15 ans sont excisées dans le monde. En 2004 on comptait environ 53 000 cas en France. L’excision présente de nombreux dangers pour la santé, en dehors du choc psychologique et de la douleur innommable, la jeune fille peut faire des hémorragies, des infections et même devenir stérile.

L’excision est très pratiquée en Afrique, en Asie, au Moyen-Orient mais aussi dans les pays d’Amérique latine comme le Pérou ou la Colombie. Cette coutume a été importée par les diasporas dans tous les pays occidentaux. Notons que l’excision touche toutes les catégories sociales. Par cette occasion, Black’In rend d’ailleurs hommage à la défunte Katoucha Niane l’égérie d’Yves Saint Laurent, excisée à 9 ans, qui s’est battue contre cette pratique.

Les ONG, les associations et les autorités publiques ont beaucoup œuvré ces dernières années pour freiner ce fléau. Grâce à la sensibilisation certaines communautés ont commencé à abandonner cette pratique. La fédération nationale Gams travaille pour l’intégrité de toutes les femmes, n’hésitez pas à visiter leur site ici très intéressant. Si vous voulez en savoir plus sur l’excision et les manifestations organisées rendez-vous ici .