Mon nom est Yves Michel Malidor plus connu sous le pseudonyme de Mali. En tant qu’artiste et éducateur sportif, je me suis rapidement demandé qu’elle sera mon utilité dans cette mission. C’est alors que m’est venue l’idée d’organiser des olympiades pour les jeunes de Village Noé. Mais comment animer une séance de sport sans rien ? C’est alors que Lionel (membres actif de Jahaïr) et moi avons pris le parti de faire appel à nos connaissances dans les jeux traditionnels (balle au prisonnier, poule vipère renard, etc.). Par leur simplicité et leur mise en place rapide, ils permettent à tout un chacun de pratiquer sans aucune difficulté. C’est parti !

5h30 du matin, c’est avec beaucoup d’entrain je me lève. Je suis gonflé à bloc ! Et je me sens prêt à profiter de cette journée pleinement. Sur la route de Village Noé, toute l’équipe se recueille. Il y a une ambiance mystique sur ce chemin rocailleux et accidenté. Et puis, c’est l’émerveillement en arrivant au village. Je le trouve magnifique : je sens une bienveillance certaine à travers les gens que je croise dans ce village. Les sourires et les saluts sont vrais. En visitant les alentours, je me rends compte des conditions sommaires dans lesquels ces habitants vivent. Malgré tout, il n’y a aucune désolation sur leur visage, aucune tristesse, aucun désespoir. Bien au contraire je ressens qu’une force intérieure les anime.

Après une visite des classes de l’école, il est l’heure de partir avec mes vaillants sportifs sur mon terrain de sport, un simple terrain vague jonché de cailloux et de ronces. J’identifie autour de moi le matériel que je vais utiliser. Très rapidement une mise en place s’impose. Avec des bouteilles en plastique (nos bouteilles d’eau vide de la veille), Lionel et moi formons un cercle. Autant vous dire que les regards sont, de prime abord, interrogatifs. Nous prenons le taureau par les cornes en commençant notre échauffement. Nous sommes surpris par l’adhésion générale. Ensuite, les jeux prévus s’enchaînent dans une joie et une liesse inqualifiable. Nous planons, le stock de vibrations que nous prenons est indescriptible. E.sy Kennenga, le parrain de Jahaïr, s’en donne à cœur joie dans une passe à 10 ou la virilité des contacts n’entache pas la bonne humeur de ces échanges. Des tambours et des chants animent nos olympiades tout au long de notre matinée. C’est la joie!

Sous cette chaleur de plomb nous devons gérer les efforts de nos sportifs. L’équipe de Jahaïr coordonne toute cette mise en place. Et puis, notre première journée d’olympiades s’achève dans une allégresse que j’ai rarement connue. Haïti Merci !

[sublime id=151]

Mali Nèg Mon Rouj la à Village Noé