Quoi de mieux qu’un bon féroce d’avocat pour accompagner nos toasts pendant les fêtes ?!

Cette mixture est très représentative de la culture antillaise avec son goût pimenté bien relevé… Le Féroce d’avocat est une base de morue séchée, d’avocat et de farine de manioc. Le terme féroce désigne la force du piment ajouté à la préparation, la « férocité » est à ajuster en fonction de la sensibilité de vos papilles. La morue est préparée en chiquetaille, soit déssalée et éventuellement grillée avec un mélange de cives (oignons longs), de persil, d’ail et relevé au piment antillais.

Il nous faut :

400 g de morue salée
1 gros avocat pays ou 2 avocats moyens assez mûres
150 à 200 g de farine de manioc
1/2 botte de cives ou oignons pays (oignons longs)
1 piment antillais
2 gousses d’ail
1 c. à soupe de persil ciselé
Huile neutre
Citron vert
Poivre

Le chiquetaille de morue :
Rincez votre morue à l’eau de robinet afin d’éliminer tout le sel. Mettez-la dans une casserole remplie d’eau et porter à ébullition pendant 10 min en changeant l’eau 3 fois. Egouttez puis débarrassez votre morue de la peau et des arrêtes. Emiettez-la finement.

 Le féroce :
Coupez l’avocat en deux et récupérez la chair à l’aide d’une cuillère. Versez le tout dans un saladier et écrasez-le à l’aide d’une fourchette. Ajoutez quelques gouttes de citron vert, l’ail pilé, le piment émincé (enfoncions de votre sensibilité) et les cives émincées. Ajoutez la farine de manioc et l’huile l’un après l’autre et en petite portion afin que la farine puisse s’imprégner de l’huile. Il faut compter environ 1/3 de la bouteille d’huile. Si vous en avez mis beaucoup, il est possible d’essorer le mélange pour éliminer l’excèdent. De plus, quand vous rajoutez la farine, faites-le en fonction de l’épaisseur de la crème d’avocat que vous appréciez. Incorporez le chiquetaille de morue et mélangez harmonieusement.

Le féroce se garde une journée au frais.