Kwaheri, « au revoir » en swahili, est le nom de la nouvelle pièce d’Estelle Marion. Elle y raconte son existence en tant que métisse et extériorise toutes ses souffrances.

La comédienne d’origine belgo-rwandaise, sexagénaire, parle, danse, chante sa vie. Estelle Marion aborde sa naissance à l’est du Congo, sa scolarité
en marge, ses exils suite à la guerre, ses voyages dans l’Amérique raciste des années 70… Mais surtout, elle nous montre comment des propos, des regards et des attitudes entrées dans les moeurs n’ont cessé de la blesser.

Estelle Marion, nous propose ici une pièce où la musique est incroyable. On peut également saluer la prestation des deux musiciens hors-pair qui l’accompagnent : Manou Gallo et Marc Hérouet.

Jusqu’au 26 janvier au théâtre Varia à Bruxelles. Ce samedi, plus particulièrement, une journée spéciale est consacrée à la question métisse avec différents intervenants, universitaires, écrivains.

Toutes les infos ici