Après une ligne de vêtements, une cuvée de vin, des paillassons, des livres, des sacs etc., Nelson Mandela n’imaginait probablement pas avoir un jour un réseau social à son nom. Baptisée mandelaproject.com, la plateforme dédiée aux fans de l’idole sud-africaine combine le design et des fonctionnalités de Facebook (mur personnel, « j’aime ») et de Twitter (#hashtag).

Le principe ? Amener des millions de personnes de par le monde à partager du contenu, discuter, via un système de chat, autour de ce que Madiba a changé dans leur vie. Petites actions, pensées éphémères, poésies, photos, vidéos,… l’objectif est d’étendre l’aura du héros de la lutte anti-apartheid dans le monde entier grâce à la puissance de frappe du web.

Lancée en toute discrétion en Mars dernier, par Ndaba et Kweku, deux de ses petits-enfants, ils expliquent que « le réseau social se nourrit de l’inspiration que suscite mon grand-père au niveau mondial ». Bien qu’il ne s’agisse pas d’une affaire à but lucratif, mandelaproject.com est néanmoins une entreprise comme une autre qui vise à tirer des bénéfices qui serviraient à financer Africa Rising, organisme engagé pour encourager l’innovation et le développement sur le continent.

Le site est un véritable copier-coller du réseau social Little Monsters, dédié à Lady Gaga puisque c’est la même société californienne Backplane qui est associée au développement des deux plateformes. Près d’un million de personnes y sont inscrites, mandelaproject.com espère avoir le même succès…